Les Américains ne savent pas embrasser

Qui est cette personne?
J’ai appelé ce mec « Mouahhh ».
Et  tu vas vite comprendre pourquoi…

La rencontre…
J’ai rencontré Mouahhh dans la rue.
Il jouait de la musique, et je me suis assise en face de lui pour l’écouter.
Il avait des lunettes de soleil, un chapeau de paille, une chemise à carreaux entrouverte, un short… une parfaite dégaine d’artiste.

J’étais transportée par sa musique, et je pense que je suis restée au moins une demie heure à l’écouter les yeux fermés et le sourire au lèvres.

Et puis quand j’ai réouvert les yeux, j’ai vu tous les gens qui étaient autours de lui, qui le filmaient, qui le prenaient en photo.. mais qui n’échangeaient rien avec lui.
Pas un mot. Pas un bravo. Pas un sourire.
Snapchat, Instagram, Facebook, Twitter.
Juste de la consommation.
Je viens, je te consomme, je te partage, je gagne des likes et je t’oublie aussi vite.
Je n’aime pas ce mode de fonctionnement.
La musique connecte les gens.
Les réseaux sociaux les séparent.

J’ai alors eu cette idée: le filmer et lui proposer de lui envoyer les vidéos.

Alors boooooon, tu commences à me connaitre.
Je voulais faire un truc gentil ET aussi… peut être… essayer de le revoir après…

Parce que je dois te dire un truc: j’ai un faible pour les artistes.
Tu me mets un mec avec un instrument de musique, un pinceau, un poème, qu’importe… je fond! littéralement!

J’étais donc là, face à cet artiste mignon, à me demander comment lui parler, alors qu’il était entouré de gens…
Et j’ai eu une super idée! (là je vais te donner une technique de malade, alors prépare toi).
J’ai commencé à filmer mon chanteur, et j’ai ensuite rédigé un petit message sur lequel j’ai écris:
« Les gens ont l’habitude de prendre de toi et de ne rien te donner, moi j’aimerai t’offrir les videos que j’ai prises de toi. Voilà mon Numéro. »
Et alors là… je fais ma belle mais crois moiiiiiii j’avais trop la pression!
Parce que je ne savais pas comment lui donner, parce que j’avais honte de le faire devant les gens, parce que j’avais super peur qu’il se foute complément de mon petit mot. Et puis je ne savais pas trop comment faire: le déposer dans son étuis de guitare? avec en l’argent ou pas? Lui donner de main à main? Dire quelque chose à ce moment là? Juste tendre le papier et m’échapper en courant?
Hum.. wé je suis une meuf compliquée.
Pour de vrai, j’avais vraiment la pression… j’ai même failli laisser tomber en me disant que ça n’avait aucun sens…
Et puis… je me suis rappelée que je m’étais promise de faire tout ce que je n’ai pas l’habitude de faire pendant mon voyage, et surtout de sortir de ma zone de confort …
Alors je me suis levée, j’ai été vers lui, il m’a souri, je lui ai tendu le papier en lui demandant s’il parlait Anglais… et il m’a répondu un « Of Course » avec un super accent Américain.

Alors, Bon. Autant j’aime beaucoup les artistes, autant les américains ça ne me fait pas trop rêver…
Moi je m’attendais à un brésilien, un argentin, un mec avec du soleil dans le corps tu vois.
Mais non. Un Américain.
Bon. Ok. après tout: pourquoi pas?

C’est donc comme ça que j’ai rencontré mon Chanteur Américain.

Le 1er Bisou…
Les américains ne savent pas embrasser.
C’est un truc que j’avais souvent entendu, mais je n’avais jamais vraiment connu d’américain avant, donc je prenais ça pour une légende.
Hum… une légende, une légende.. Hé ben parfois les légendes c’est pas que des légendes!

Mouahhhhh a mis longtemps à m’embrasser.
Et ça c’est très américain aussi.
Les mecs prennent trois plombes pour te donner juste un bisou (alors le reste… j’ose même pas imaginer!), et tu t’attends à un truc de fou.

On avait passé du temps ensemble, on avait été en soirée, on avait été faire un treck, on avait même dormis côtes à côtes… et rien!

Et puis un jour, je ne sais pas ce qui lui a pris, il s’est décidé…

Et là j’ai découvert ce qu’était un bisou américain.
Un bisou américain c’est un espèce de gros smack qui prend du temps pour rien et qui fait du bruit: « Mouahhhh ».
Avec les lèvres en cul de poule. Si si.

T’imagine pas le malaise. Pas pour lui. Lui il était hyper satisfait de son bisou.
Mais pour moi.
Parce que bon, j’ai bien essayé de mettre un peu la langue. De bouger un peu mes lèvres. Mais non. Rien. Nada.
Juste un Mouhaaa et une bouche ne cul de poule.

Notre Histoire…

ATTENTES: J’imaginais ma vie de bohème, avec mon artiste. Je me voyais déjà sa muse. Je le voyais m’écrire des chansons, me les chanter, son regard plongé dans le mien.
Je m’attendais à être totalement amoureuse, sous le charme de sa folie…

REALITE: Et ben en fait, la mayonnaise n’a pas pris.
Pourquoi? hum…
Je crois que le coup du bisou m’a complètement cassé mon délire.
Son « Mouahhh » m’a totalement refroidie. Mais genre, à l’infini.
Impossible de l’imaginer me faire l’amour avec ses bruits de bouche.
Impossible de l’imaginer me faire l’amour tout court s’il ne sait pas m’embrasser.

La vie d’artiste, c’est pas si fou que ça en vrai.
Il vivait dans un petit taudis d’artiste.
Avec une mini fenêtre, peu d’électricité, des toilettes collectives qui visiblement n’avait pas lavées depuis la nuit des temps, une bouteille de gaz/réchaud pour cuisinière, un lit qui sentait le vieux…
Le premier jour j’ai trouvé ça… exotique.
Puis après j’ai commencé à avoir du mal à boire dans ces verres douteux, ou encore accepter qui me cuisine des trucs dans la cuisine/bouteille de gaz collective.

Il portait toujours les mêmes vêtements.
Son éternelle chemise à carreau et son short sans caleçon.
Au début je trouvais ça chou. Puis quand je me suis rendu compte qu’il oubliait pas mal de mes laver, et que ça a titillé mon odorat…ça a été de suite mon mignon.

Et puis surtout, il parlait trop.
Il commentait absolument Tout. Ne s’arrêtait jamais.
Si bien que je devais faire semblant de dormir pour qu’il arrête (et encore! ça ne marchait pas toujours!)

Mais je ne pouvais pas lui enlever le fait qu’il était drôle, que j’aimais beaucoup sa musique, que c’était une bonne personne…
Du coup notre relation s’est bornée à pleins de moments à délirer comme des potes, et de temps en temps un Mouahhh qui m’exaspérait chaque fois un peu plus…

Et le sexe?
Pas de sexe.
J’aurais pu.
Il avait un corps de rêve. Parce qu’en plus d’être un artiste, c’était un grand sportif.
Mais j’ai pas réussi.
Aucun frétillement dans ma culotte.
je crois que c’est parce qu’il parlait trop, et je me suis dis qu’une fois au lit il allait ma saouler 😉

La fin…
Très vite je lui ai dis que j’étais pour l’amour libre, que j’avais plein d’amoureux, et que surtout il ne devait jamais avoir de sentiments pour moi (j’avoue je suis méchante) (mais honnête).
C’était ma petite technique pour qu’il ne s’accroche pas à moi.
Et, devine quoiiiiiiii… il est tombé amoureux!!!!
J’aurai du le savoir!
Quand on sortait ensemble, il avait la fâcheuse habitude d’essayer de montrer aux gens que j’étais avec lui. Alors que (putaiiiiiiiin) c’est vraiment LE truc que de déteste. Quand un mec me prend pour un truc qui est à lui.
Ce truc d’appartenance. Tu es à Moi. Rien qu’à Moi.
Non non mec, je ne suis à personne.
Et puis, il a commencé à être jaloux.
De trucs vraiment nuls.
Jaloux du fait que j’avais fais un trek avec un autre que lui.
Jaloux du fait que j’avais mangé avec un pote alors que je n’avais jamais accepté de manger chez lui (tu m’etonnnnnnes!)
Et ça m’a saoulée.
Donc j’ai commencé à le voir de moins en moins… lui envoyer moins de textos…et j’ai fini par redevenir juste une pote.

Qu’est ce que cette histoire m’a appris?
Je suis très chanceuse de l’avoir rencontré.
D’abord Mouahhh a m’a beaucoup appris sur la ville dans laquelle j’étais, sur la musique, et sur la vie d’artiste. Et il m’a permis de rencontrer beaucoup de monde alors que j’étais seule.
Et puis surtout parce que j’ai réussi à sortir de ma zone de confort, à draguer un mec directement avec un petit mot, et sous le regard de pleins de gens (qui en fait s’en foutent de ma vie). Et ça, crois moi, ça a été un grand pas!
J’ai compris qu’il fallait juste oser, et ne pas avoir peur d’être rejetée.
En vérité c’est très très rare d’entre rejetée, donc si quelqu’un nous plait,  il n’y a pas de raison de ne pas tenter le coup…

Les Anecdotes…
« Tu peux commencer par m’embrasser moi »
On était dans une grande fête de rue. Pleine de monde.
Et je faisais tout pour qu’il comprenne que je n’étais pas avec lui.
Alors à un moment, je lui ai expliqué que ce soir je voulais être folle et embrasser touuuuuuut le monde.
C’est là qu’il m’a répondu: « Ha ben tu peux commencer par Moi ».
En une phrase il m’a coincée, et m’a fait son traditionnel Mouaahhhh alors que franchement j’en avais carrément pas envie…
Et deux minutes après je l’ai perdu dans la soirée en me cachant derrière un camion de pizza et je ne lui ai plus jamais donné l’occasion de me m’embrasser avec des lèvres en cul de poule!

Laisser un commentaire